Lean-Management - Lean-Ergo - ACTIS E&P - Logo Lean-Ergo
Lean-Management - Lean-Ergo - ACTIS E&P - Lean & Facteurs Humains
Aller au contenu

Réduisez vos coûts et gagnez en compétitivité : investissez "développement durable"

La démarche LEAN & GREEN permet une approche globale sur l'ensemble du cycle de vie des produits et des services, depuis l'approvisionnement des composants et des matières jusqu'au recyclage et à la destruction.
Tous les gains réalisés permettront de diminuer les coûts et de proposer des produits plus concurrentiels aux clients, d'être plus compétitif, ou d'investir pour développer des nouveaux produits ou de nouveaux services.
LEAN & GREEN permet d'utiliser les contraintes liées au développement durable comme autant de potentiels pour se développer.
Lean-and-green-demarche-globale

Raisonner global, agir local !

Cette phrase commence à être très largement diffusée pour commenter ces dernières années les démarches de développement durable. Il est juste de rappeler qu'il s'agit du deuxième principe de l'amélioration continue, énoncé par Massaki IMAI dans son livre "GEMBA KAIZEN - L'art de manager avec bon sens" en 1997.
Les principes du Lean se sont construits dans les années que l'on appelle en occident les "Trentes Glorieuses", mais les outils se sont élaborés - chez TOYOTA d'abord avant d'être généralisés - sur des principes de frugalité et d'utilisation raisonnée des ressources et des énergies.
TOYOTA n'était dans ses années visionnaire : tout simplement parce que le Japon est un pays sans ressource et sans énergie sur son sol, et que ses importations ont un coût économique très important.
Une première approche pragmatique consiste à agir en utilisant les outils de base de l'amélioration continue :

Traiter l'excessif et le déraisonnable pour le développement durable

Ce qui semblait normal et évident il y a 30, 20 ou même 5 ans ne l'est plus forcément aujourd'hui. C'est particulièrement vrai pour ce qui concerne le développement durable.
Les choix qui ont été fait il y a plusieurs décenies dans les infrastructures, dans les choix énergétiques et dans les procédés de production ne prenaient pas ou très peu en compte les différents aspects du développements durables : énergies, recyclage, traitement des déchets, ...
Une des premières étapes de la démarche LEAN & GREEN consiste à questionner les choix et les différentes options possibles : un outil comme le MURI se révèle d'une grande efficacité.

Agir sur les irrégularités et les variabilités responsables d'écarts énergétiques

Les irrégularités et les variabilités subies sont sources de déperditions d'énergie et de mobilisations de ressources exceptionnelles : du point de vue du développement durable, il est préférable de rechercher la meilleure régularité et la meilleure anticipation pour une meilleure optimisation.
Celà ne signifie pas la négation d'évènements exceptionnels, mais juste prendre en compte que l'exceptionnel ne devienne le quotidien.

Lutter contre les gaspillages dans toutes les étapes et dans tous les processus

Les déchets, les rebuts, les co-produits peu valorisés, ... restent des charges au sens comptable pour les entreprises. Pour rester rentables, ces charges seront répercutées sur le coût des produits et des services vendus aux clients, et vont donc directement augmenter le prix de vente. Travailler à réduire ces charges, c'est devenir ou rester compétitifs.
En amélioration continue, les gaspillages sont applelés des muda et sont au nombre de 7. Identifier, éliminer et réduire les muda reste le quotidien des praticiens de l'amélioration continue, et deviendra celui des experts de la démarche LEAN & GREEN.

Optimiser les flux des déchets et les filières de valorisation

Les outils de l'amélioration continue sont nombreux pour caractériser et optimiser les flux : VSM/VSD, flux tirés, kanban, SMED, ... Habituellement on utilise ces outils pour les flux physiques (matières, encours, sous-ensembles, produits finis) et les flux d'informations (physiques ou virtuels).
Dans une démarche LEAN & GREEN, les mêmes outils sont utilisés pour les flux de déchets, de matières recyclées, ... de manière à les optimiser pour leur apporter leur pleine efficacité pour le développement durable.

On n'améliore que ce que l'on peut mesurer : évaluer pour progresser

La norme ISO 14051 donne un cadre pour valoriser le coût global de l'ensemble des flux qui interviennent dans la production des biens et des produits. Cette norme, et ses différentes versions, sont largement utilisées dans le domaine institutionnel, et tend à se diffuser dans les entreprises. Cette norme est l'une des références utilisées par l'ADEME (Agence de DEveloppement et de Maîtrise de l'Energie)
D'autres référentiels peuvent être utilisés : dans tous les cas, l'objectif est de pouvoir mesurer au départ la situation existante, d'évaluer les potentiels d'améliorations, et de pouvoir constater l'impact des actions d'améliorations.

Le processus conduit au résultat : être confiant au succés de la méthode

Comme pour l'ensemble des actions en amélioration continue, il est important d'avoir confiance dans le processus, dans la démarche mise en place.
LEAN-ERGO est au service des entreprises pour les accompagner dans le déroulement d'une démarche éprouvée, qui a déjà donnée des résultats dans des secteurs différents. L'expérience de LEAN-ERGO vous permettra de progresser en évitant les écueils majeurs que l'on rencontre en avançant seul.
Retourner au contenu